Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Trek de Santa Cruz, J1

Publié le par Ln y oim

Eh oui, c'est bien la montagne de nos 10 ans, de nos mardis soirs. El Artesonraju est donc la montagne que tout le monde connaît mais dont personne ne connaît le nom ! C'est donc ici que vit tranquillement à plus de 6000 m d'altitude (6025 m pour satisfaire tout le monde) le point culminant du pays ...




Panorama terriblement beau mais d'un point terriblement froid malgré ces couleurs ensoleillées ! La quebrada de Llanganuco était donc notre point de départ. Du haut de ces 4000 et quelques mètres d'altitude, nos yeux se sont entre autres jetés sur ces deux lagunes, Chinancocha et Orconcocha. Des falaises noires de plusieurs centaines de mètres de haut plongent à la verticale dans ces eaux turquoises qui ne s'en trouvent qu'embellies.



Profitez de la vue, peu importe les noms ! (Comment ça on ne s'en souvient pas !)



Bon, cette fois on a les noms, mais avec qui associer Huascaran Norte (6655 m) et Huascaran Sur (6768 m) ? Je vous laisse mesurer les hauteurs, réfléchir à l'angle de vue, à l'angle de prise, à la profondeur de champ... eh bah voilà, tout le monde s'en fiche ! Seul point important : le sommet le plus haut est le point culminant du pays. 
Deuxième petit point, regardez le recul du glacier, plus que visible sur l'image (langue grise qui descent). 


Petit bonhomme croisé juste après le village de Vaqueria. Ici, pas d'âge pour partir seul en cavale. Dès que les deux pieds ont appris à se courir après, les courses folles commencent. La dureté de la vie dans cette région (dans l'ensemble du Pérou probablement) vieillit chacune de ces bouilles de plusieurs années. Pour aller à l'école, c'est quatre heures de marche en montagne aller-retour et peu importe la météo ! Certains gamins nous doublent à bonne allure.

Une chère et tendre petite demoiselle de 2 ans tout juste nous suivra sur plusieurs centaines de mètres avec pour seul mot à la bouche "galletas" (biscuit pour les non hispanophones). Aucune préoccupation pour sa mère rester derrière. "Ne parle pas aux inconnus"  reste une philosophie bien occidentale aux vues des coutumes.



Pause repas d'un groupe de paysans dansle village de Vaqueria.
Ici, pas de tracteur, la pente et la taille des champs n'en permettent pas l'utilisation.

 











Quelques beaux sourires croisés en route, sourires d'autant plus beaux lorsque l'on connaît la rudesse de la vie dans ces montagnes.




Commenter cet article