Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Laguna Llaca

Publié le par Ln y Oim


Voilà encore une belle journée qui s'annonce... Nous partons en taxi pour une nouvelle quebrada (vallée creusée par un glacier) avec au fond, comme à chaque fois, une laguna. Comme les gens du coin le disent, toutes les quebradas sont différentes et c'est bien vrai, que ce soit en termes de couleur, en paysage ou en dimension.

Donc le taxi nous monte jusqu'au refuge avec nos VTT prévus pour une descente de 4h jusqu'à Huaraz. Mais avant la descente, nous allons faire un tour sur la Laguna Llaca. Il paraît qu'elle se trouve au niveau du glacier...

L'entrée dans la quebrada est spectaculaire, cela forme une vraie porte (photo ci-dessous).









Cette lagune est plus petite que celle de Churup et toute en longueur. En fait, nous nous trouvons sur des moraines de plus en plus récentes au fur et à mesure que nous remontons vers le glacier. La couleur de l'eau, un peu laiteuse et verte, et le granite blanc qui se transforme en sable rendent le paysage surprenant. Sommes-nous à la plage, à la mer où sur une planète inconnue ???


Tiens ! Qui est cette personne entre nous deux ? Un indice, elle a du mal parfois à parler la même langue que nous... surtout quand elle a la bouche pleine de chocolat !

Arrêtons les mystéres et faisons les présentations : c'est Cécile une copine des Hautes-Alpes qui est venue faire un peu de marche au Pérou avec nous avant de rejoindre l'Argentine.

"Bonjour Céciiiiiiile"






Moraines, lagune, moraines, plages de sable... nous approchons enfin de la glace. Tout semble animé autour de nous: eau, glace et cailloux tombent du glacier sans interruption. Ces bruits, pas toujours très rassurants, sont comme les cris du glacier qui se sent mourir.

On comprendra facilement pourquoi on l'appelle le glacier mort. Il ne reste en surface de la glace que les roches tombées des falaises alentour. A cause de leur couleur foncée, elles doivent accélérer le phénomène de fonte.

Soudain, juste derrière le glacier c'est un mini glissement de terrain qui lève un nuage de fumée... On a plus de 20 m de falaise instable de chaque côté, il est temps de partir.



















On en profite pour jeter un oeil sur tous les sommets qui nous entourent. La lagune se nichant déjà à 4500m, rien d'étonnant à ce que ces neiges soient à plus de 6000 m !

Les plantes sont des lupins violets et jaunes.





Midi, l'heure du thon, avocat (crémeux, savoureux, parfumé, à vous faire rêver !), pain et orange. Heureusement que le soir nous mangeons comme des rois dans un petit restaurant vraiment pas cher. Cela dit, la vue que nous nous offrons à chaque pique-nique est imprenable !












C'est le ventre plein que nous nous sommes lancés dans notre descente. Pas un chat, si ce ne sont des vaches, des ânes et des chevaux qui se promènent dans des prairies découpées par des petits ruisseaux qui serpentent l'herbe jaune.





















Les deux collines de chaque côté sont en fait les énormes moraines glacières déposées par le glacier lorsqu'ìl était au meilleur de sa forme plus de 6 km plus loin et 600 ou 700 plus bas !



 

 

 

 

 

Retour à la civilisation, des routes, de la poussière et des chiens qui courent après nos vélos. En chemin, nous avons croisé de nombreux indigènes qui descendent leurs petits troupeaux composés de vaches, de cochons, d'ânes et de moutons.

Contents de notre sortie, demain, nous décidons de partir découvrir une troisième lagune !

 

 

 

 

Commenter cet article